Prix du Canada 2020

Eva-Maria Müller (Études américaines), Alexander Erhard (Physique expérimentale), Judith Rubatscher (Musicologie)
KP 2020 Bildcollage

Mots d’introduction

Tous les ans au mois de novembre, le CEC organise un événement public – « Thanksgiving » – pour décerner les « Prix du Canada pour jeunes chercheurs de l’Université d’Innsbruck ». Cet événement a lieu en présence de la vice-rectrice à la recherche, la professeure Ulrike Tanzer, mais en cette mémorable ‘année Corona 2020’ tout devait être différent : lockdown, distance learning, home office, etc. – pour ne citer que trois de ces mots hideux que la pandémie nous a apportés – nous ont obligés à reléguer ce grand événement sur le net. En tant que directrice du CEC, je suis donc particulièrement reconnaissante à notre vice-rectrice d’avoir accepté d’accompagner notre « cérémonie virtuelle de remise des prix » sous la forme qu’elle prend ici. « Outre le soutien du personnel permanent, la promotion des jeunes universitaires me tient particulièrement à cœur. C’est la raison pour laquelle je tiens à renforcer les relations et coopérations internationales – deux objectifs poursuivis et parfaitement réalisés par les prix pour jeunes chercheurs du Centre d’études canadiennes. C’est pour cela aussi que tous les ans j’accepte avec grand plaisir d’assister à la cérémonie de remise des prix », déclare Ulrike Tanzer, vice-rectrice à la recherche de l’Université d’Innsbruck.

 

Double orientation du soutien à la recherche

La promotion de la recherche canadianiste en sciences humaines et sociales ainsi que la promotion de la coopération en matière de recherche entre Innsbruck et des scientifiques canadiens de toutes les disciplines a toujours été la tâche principale du CEC, le plus ancien pôle-pays de l’Université. Par rapport aux deux autres Centres d’études canadiennes en Autriche (Vienne, Graz) et par rapport aussi à la plupart des autres pôles-pays d’Innsbruck, cette double orientation du soutien à la recherche est une caractéristique unique du CEC. Elle se reflète également dans le « Prix du Canada pour jeunes chercheurs », qui, depuis 1998, est décerné dans les deux catégories mentionnées (montant : 1.000 euros pour chacune) pour des travaux scientifiques (mémoires de diplôme, mémoires de master, thèses, autres travaux scientifiques) publiés ou soumis au cours des deux dernières années. 

 

Gamme scientifique des travaux récompensés à ce jour

La gamme des travaux récompensés à ce jour est large et montre que la double orientation du CEC est un engagement sérieux. Au cours des 20 dernières années, des prix ont été décernés, d’une part, pour des travaux dans les domaines traditionnels des études canadianistes, soit les études américaines, les études anglaises, les études romanes, la littérature comparée, la philosophie, l’histoire, les sciences politiques, le droit et la sociologie. D’autre part, les disciplines mathématiques et celles liées aux affaires – telles que l’informatique (de gestion), la théorie économique, la science financière, la gestion stratégique – ont également été représentées à maintes reprises. Un nombre considérable de lauréats sont issus de disciplines des sciences naturelles telles que la botanique, la limnologie, l’écologie, la microbiologie, la zoologie, la psychologie et – avant la création de l’Université de Médecine – la médecine. Enfin, des travaux issus de la physique théorique et de la physique expérimentale ont été récompensés à plusieurs reprises, et c'est également le cas en 2020.

Cette année, le résultat s'avère à nouveau particulièrement diversifié : dans la catégorie « Études canadianistes », le prix est décerné à Eva-Maria Müller du Département d’études américaines (thèse de doctorat) et dans la catégorie « Coopération scientifique » à Alexander Erhard du Département de physique expérimentale (article scientifique). Un prix de reconnaissance d’un montant de 500 euros est accordé à Judith Rubatscher du Département de musicologie pour son mémoire de diplôme remarquable, la musicologie rentrant enfin dans le cercle des disciplines dont sont issus les travaux primés.

 

Les lauréats actuels

Dans « Les travaux primés » (cf. plus bas), les auteur-e-s vont eux-mêmes présenter leurs travaux, un curriculum vitae (avec une liste de publications, le cas échéant) sera également inclus. Ici donc juste un bref regard sur les trois candidat-e-s et une observation générale : il est fascinant de constater que les trois travaux, bien que de manière très différente, doivent leur caractère unique à l'échange d'idées à un niveau international.

La thèse interdisciplinaire d’Eva-Maria Müller intitulée « Rewriting Alpine Orientalism: Lessons from the Canadian Rockies and Austrian Alps » étudie l’œuvre de Angie Abdou, Thomas Wharton, Elfriede Jelinek et Felix Mitterer dans une perspective comparative et montre comment le langage des voyageurs occidentaux, lorsqu’ils parlent de montagnes, fait apparaître la montagne comme un lieu idéalisé de vide et d’intemporalité, et comment cet « orientalisme » se perpétue dans le tourisme de masse. Selon l’un des évaluateurs, l’auteure « établit des normes nouvelles et contribue sensiblement, et de manière actuelle, à relier les études sur le tourisme, la recherche sur la durabilité et les études littéraires ». Eva-Maria Müller est originaire du Tyrol ; elle a fait ses études à Innsbruck et à Gießen, elle a obtenu une maîtrise en anglais et en biologie, et a passé un an en Australie dans le cadre d’un échange AFS alors qu’elle était encore au lycée. En 2012/2013, elle a été chercheuse au Wirth Institute de l’Université de l’Alberta, institution partenaire du CEC. Parmi les innombrables prix et récompenses qu’elle a reçus au cours de ces dernières années, les deux plus remarquables sont la bourse de recherche du Conseil international d’études canadiennes (2014) et le prix Dr. Herbert Stolzenberg pour des thèses particulièrement remarquables en études culturelles (2020).

Alexander Erhard est originaire du Vorarlberg et a fait ses études de bachelor, de master et de doctorat en physique à l’Université d’Innsbruck. Il fait partie du groupe de recherche du professeur Rainer Blatt et est donc très bien connecté au niveau international. Il travaille avec des scientifiques canadiens depuis plusieurs années, si bien que l’article primé – « Characterizing large-scale quantum computers via cycle benchmarking » – publié dans Nature Communications en 2019 avec un facteur d’impact de 12,121, a également été rédigé en coopération avec deux professeurs canadiens – Joel J. Wallman et Joseph Emerson de l’Institute for Quantum Computing et du Département de mathématiques appliquées de l’Université de Waterloo – ainsi qu’en collaboration avec Quantum Benchmark Inc. à Kitchener. L’article décrit le développement d’une technique spéciale pour caractériser des ordinateurs quantiques, technique qui permet de n’extraire qu’un sous-ensemble d’informations concernant une opération quantique, afin de permettre des prédictions sur la probabilité de succès de n’importe quel algorithme.

Le mémoire en musicologie de Judith Rubatscher – « ‹ Singen is a part vo unsam lebm ›. Die aktuelle Gesangspraxis der Schmiedeleut-I-Hutterer in Manitoba » – a été décrit comme « nettement au-dessus de la moyenne » et comme « une contribution extrêmement importante à la recherche » par l’un des évaluateurs. Judith Rubatscher est originaire de Brixen, elle a étudié au Mozarteum d’Innsbruck et de Salzbourg, elle a reçu plusieurs bourses d’études et a passé un an aux États-Unis pendant ses années d’école. Pour son mémoire de diplôme, elle a effectué des recherches dans la colonie huttérienne de Fairholme au Manitoba pendant plusieurs semaines afin d’explorer le rôle de la musique dans ce groupe anabaptiste. En plus du mémoire, son travail sur place a résulté dans une collection importante d’enregistrements sonores et de documents qui enrichissent considérablement la situation actuelle de ce domaine de la recherche.

Tout compte fait, une riche récolte scientifique, et il ne me reste qu’à adresser mes plus chaleureuses félicitations aux trois lauréat-e-s et à leur souhaiter beaucoup de succès pour l’avenir.

 

Prof. Dr. Ursula Moser, directrice du CEC

 

Les travaux primés

Mag. Dr. phil. Eva-Maria Müller

KP 2020 Müller Bild

Rewriting Alpine Orientalism: Lessons from the Canadian Rockies and Austrian Alps

Description du projet

CV et publications

 

 

 

 

 

Erhard Alexander, BSc MSc

KP 2020 Erhard Bild

 

Characterizing large-scale quantum computers via cycle benchmarking

Description du projet

CV et publications

 

 

 

 

 

Mag. Judith Rubatscher

KP 2020 Rubatscher Bild

„Singen is a part vo unsam lebm“. Die aktuelle Gesangspraxis der Schmiedeleut-I-Hutterer in Manitoba

Description du projet

CV et publications

 

 

 

Organisée par le Centre d'études canadiennes

Soutien financier par : Stadt Innsbruck

Logo Stadt Innsbruck

Nach oben scrollen