Home | Aktuell | Login

Lebensqualität im Alpenraum

IGS Band 36 - Lars Keller

Résumé

Cette étude traite les questions suivantes : Comment et dans quelle mesure la qualité de la vie varie-t-elle à travers les régions de l’Espace alpin, et est-il possible de déduire ces différences à partir d’un modèle scientifique ? La zone étudiée est définie par une synthèse des frontières fixées par la Convention alpine et les unités statistiques NUTS 3, et comprend donc 100 «régions alpines» dans sept pays. En appliquant des méthodes différentes et en partie nouvelles de collecte des données, des informations sur divers sujets ont été rassemblées sur une période de deux ans. Enfin, 50 tableaux complets d’indicateurs ont été compilés pour toutes les régions, et les indicateurs ont été rassemblés en douze groupes : «Puissance économique», «Marché de l’emploi», «Mobilité», «Population», «Santé», «Education et culture», «Egalité des sexes», «Participation», «Loisirs», «Potentiel solaire», «Paysage», et «Biodiversité et protection environnementale ». Ces groupes d’indicateurs sont répartis dans les trois dimensions «Economie», «Culture sociale» et «Environnement». Ainsi a émergé un modèle incorporant les idées de durabilité et fonctionnant avec des indicateurs objectifs (compréhensibles et reproductibles), laissant de côté un examen concret des influences subjectives sur la qualité de vie. Des entretiens avec des experts réputés dans le domaine de la recherche alpine ont servi de base à la pondération des indicateurs et groupes d’indicateurs, ainsi qu’à la vérification et à l’évaluation du modèle. A partir des données de base, un maximum de 100 points par région a été attribué pour chaque indicateur, et ces points ont été multipliés par la valeur dérivée de la pondération des indicateurs par les experts. En calculant la somme, un classement précis a pu être établi pour chaque groupe d’indicateurs. Un classement pour les trois dimensions de la qualité de vie a été obtenu en divisant les résultats des groupes d’indicateurs par le nombre respectif 21 d’indicateurs utilisés, et en multipliant ce résultat final par le coefficient attribué par les experts aux groupes d’indicateurs. Le système de «l’Atlas du Tyrol» offre une aide précieuse pour visualiser les résultats, présentés non seulement sous forme d’analyses textuelles mais aussi à l’aide de tableaux, graphiques et surtout de cartes. Les schémas de distribution des résultats des indicateurs, groupes d’indicateurs et dimensions permettent de tirer des conclusions sur les divers aspects de la qualité de vie. Les schémas régionaux peuvent même indiquer des «gagnants» ou «perdants» sur l’ensemble des résultats. L’étude n’a pourtant pas tenté d’établir un classement global «Qualité de vie dans l’Espace alpin», qui ne semble pas réalisable actuellement. Cela nécessitera encore des efforts intensifs de recherche sur la durabilité. En définitive, on peut appliquer la règle simplifiée suivante: Pas de qualité de vie sans durabilité, pas de recherche sur la qualité de vie sans géographie intégrative.


Back

Sie befinden sich im Verzeichnis / geographie / shop / igs