Le Montréal des auteurs : rencontres, production, réception

Depuis bien des années, les études québécoises font partie intégrante des programmes d'études offertes à l'Institut de Romanistique de l'Université d'Innsbruck. Grâce au soutien du Centre d'études canadiennes et du Centre d'étude de la chanson québécoise, installés, depuis le milieu des années 1990, à cette même université, ces programmes sont synonymes de rencontres interculturelles : conférences, soirées de lecture, séminaires, concerts, colloques – tout concourt à inviter les étudiants d'Innsbruck à entrer en contact direct et vivant avec ce que le Québec et les autres régions francophones du Canada ont de mieux à leur offrir.

 

(c) Markus Dabernig

 

Ainsi, les écrivains et les poètes – de Marie-Célie Agnant à Marco Micone, en passant par Ying Chen, Herménégilde Chiasson, Nicole Brossard, Danielle Fournier, Naim Kattan, Dany Laferrière et Catherine Lalonde – ont visité l'université au cours de ces dernières années et ont fait partager à nos étudiants leur vision du monde. Ce sont aussi eux qui sont en quelque sorte responsables de l'élan et de l'énergie que les étudiants ont investis dans un projet de séminaire portant sur la littérature québécoise, que j'aimerais présenter ici.

Depuis octobre 2009 jusqu'en septembre 2010, une dizaine d'étudiants se sont proposé de découvrir et d'explorer le "champ littéraire" du Québec, la littérature québécoise et ses institutions, et, plus particulièrement, les textes littéraires qui doivent leur inspiration à la deuxième ville francophone du monde, la ville de Montréal. Pendant plus de huit mois, ils ont étudié l'histoire du Québec, les mouvements d'idées et les grandes étapes de l'évolution littéraire, et ils ont également parcouru et lu l'œuvre de plus de deux cents auteurs québécois, dans le but de préparer une anthologie riche en couleurs, contenant des textes et des extraits se référant à Montréal. Ces extraits, qu'ils présentent ici (avec des indications détaillées sur la maison d'édition, l'année de la publication ou encore les pages citées), restituent une image multicolore d'un Montréal à la fois 'réel' et imaginaire. Il y est question du Montréal des quartiers, du Montréal des quatre saisons, du Montréal des parcs, du fleuve et du métro; sont abordés également le Montréal des enjeux sociaux, politiques et linguistiques et, bien sûr, le Montréal cosmopolite, métropolitain et imaginaire. Pour 'contextualiser' ce panorama à facettes multiples, ils ont par la suite rédigé – en connaissance des limitations d'expression linguistique de ceux qui ne sont pas des locuteurs natifs… – des textes d'introduction aussi bien aux sous-chapitres de cette page web qu'aux textes littéraires eux-mêmes qu'ils citent en exemple. Des premiers contacts avec une littérature qu'ils connaissaient à peine il y a un an, jusqu'à la présentation de cette page web, ils ont donc parcouru un long chemin et je tiens à les féliciter pour l’énergie et la persévérance qu’ils ont déployées à cet effet.

Un tel travail mérite amplement une récompense, et cette récompense s'est présentée sous forme d'une excursion de plus de dix jours à Montréal, subventionnée par le Gouvernement du Canada, le Gouvernement du Québec, l'AIEQ, l'Université d'Innsbruck et le Centre d'Études canadiennes. Du 17 au 28 septembre 2010, dix étudiants de l'Université d'Innsbruck ont donc parcouru, infatigablement (), les quartiers montréalais qui leur étaient déjà quelque peu familiers par le biais de certaines évocations littéraires; ils ont visité des maisons d'édition, des universités et des bibliothèques et ont assisté aux manifestations du Festival international de la littérature, qui eut lieu à Montréal à cette même époque. C'est ici que je tiens à remercier très sincèrement mes collègues et amis qui, que ce soit à Montréal ou à Québec (22-23 septembre 2010), les ont accueillis les bras ouverts dans leur ville et, parfois, même dans leur foyer. J'aimerais remercier tout particulièrement

Luc Bellemar (Québec) – Franscisca Bourgeault (Québec) – Richard Cassidy (Montréal) – Nicole Brossard (Montréal) – Pauline Dion (Montréal) –Gilles Dupuis (Montréal) – Louise Dupré (Montréal) – Danielle Fournier (Montréal) – François Hébert (Montréal) – Robert Laliberté (Montréal) – Robert Laliberté (Québec) – Catherine Lalonde (Montréal) – Paul-André Linteau (Montréal) – Chantal Maillé (Montréal) – Marco Micone (Montréal) – Paul Murray-Zsomby (Montréal) – Andrea Oberhuber (Montréal) – Florence Noyer (Montréal) - Olga Duhamel-Noyer (Montréal) – Paul Zsombor-Murray (Québec) – Normand Trudel (Montréal).

Cela dit, je tiens également à remercier mes étudiants qui se sont prêtés à cette expérience qui consista à vivre une année toute entière placée sous le signe de la littérature québécoise. Ils ont tous fait des recherches, ils ont tous signé des textes et ils ont tous participé à l'organisation de notre excursion, à laquelle trois d'entre eux n'ont malheureusement pas pu participer. Parmi les tâches plus spécifiques, j'aimerais mentionner la correction linguistique des textes effectuée par Veronica Kruijen, la mise en ligne réalisée par Katharina Pöllmann et la relecture des textes du site entreprise par Stefanie Rudig. Remercions également notre photographe Markus Dabernig et les autres étudiants

Jeanette Betsch – Patricia Burtscher – Elisabeth Grohsmann – Karin Jugl-Fröwis – Markus Ludescher – Jasmin Mohr – Sabrina Öztas– Julia Osl – Iris Wertel.

Tous ont fait un travail remarquable, qui servira, par la suite, à bien des professeurs de français et à des étudiants désireux de découvrir une des littératures les plus passionnantes.

Ursula Moser
Directrice du programme