Portraits

Sous la rubrique « Portraits », vous trouvez des portraits de chercheurs d’Innsbruck dont les champs d’intérêt se rattachent aux études canadiennes ou qui collaborent étroitement avec des collègues et des institutions au Canada. Jusqu’à présent, les canadianistes suivants ont été présentés :

 


 

Eva-Maria Müller

 

Eva-Maria Müller est collaboratrice scientifique (postdoc) à l'Institut d'études américaines. Elle entretient des contacts scientifiques avec des chercheurs de l'Université d'Alberta à Edmonton dans le domaine des sciences de la montagne et s'engage pour créer des réseaux entre jeunes scientifiques du Canada et de l'Europe centrale.

 

 

La carrière universitaire d'Eva-Maria Müller se caractérise par son intérêt pour la recherche en études culturelles et se focalise sur le monde non-humain et ses forces. Cet intérêt, qui a débuté lors d'une année d'échange AFS en Australie, sur la côte de la Grande Barrière de Corail, s'est d'abord concrétisé sous forme d’un diplôme en anglais et en biologie (pour devenir enseignante) à la LFU. Après avoir obtenu son diplôme (et après une excursion dans la gestion des sciences à l'Université de médecine d'Innsbruck), elle a développé un projet de thèse dans le domaine des sciences interdisciplinaires de la montagne. Ses relations universitaires avec le Canada commencent avec ce projet qui examine la littérature canadienne et autrichienne sous l'angle de son rôle au sein du tourisme de montagne, projet qui a été conceptualisé grâce à une bourse de doctorat au Centre canadien d'études autrichiennes et d'Europe centrale (Wirth Institute) de l'Université d'Alberta à Edmonton. Elle y a travaillé en étroite collaboration avec des représentants de l'ancienne Initiative canadienne d'études sur les montagnes, qui se sont spécialisés dans l'étude des habitats alpins non seulement du point de vue des sciences naturelles mais aussi de celui des sciences culturelles.

Le Centre d'études supérieures de la culture de l'Université de Giessen en Allemagne, financé par le DFG, joue un rôle de pionnier comparable à celui de l’Alberta dans la recherche interdisciplinaire en études culturelles, ce qui a permis à Eva-Maria Müller de poursuivre son projet de thèse intitulé „Rewriting Alpine Orientalism: Lessons from the Canadian Rockies and Austrian Alps“. Par la suite, elle a été acceptée comme doctorante au sein du consortium IGHERT financé par Mellon à l'Université de Californie Santa Cruz, à l'Université du Wisconsin-Milwaukee et à l'Université nationale australienne. Le contact avec le Canada a été maintenu grâce à de nombreux séjours de recherche dans des archives et des institutions de recherche de l'Ouest canadien, ainsi qu’à des échanges réguliers avec le CEC d'Innsbruck et le Centre d’études canadiennes de Marburg. En plus de nombreux bourses et prix, ses recherches ont également été soutenues par le Conseil international d'études canadiennes pour sa contribution aux études canadiennes.

Eva-Maria Müller est retournée dans ses montagnes natales en 2019 et, depuis 2020, elle est collaboratrice scientifique (postdoc) du projet FWF "Delocating Mountains" de Christian Quendler à l'Institut d'études américaines. Elle s'intéresse particulièrement aux représentations cinématographiques des régions alpines loin des discours dominants sur les sommets et s'engage également dans les médiations canadiennes de la descente alpine dans une perspective postcoloniale, féministe et écocritique. Grâce aux contacts d'Eva-Maria Müller avec l'Université d'Alberta, le projet a pu élargir son réseau scientifique pour y inclure des spécialistes canadiens renommés de la montagne.

Depuis 2016, Eva-Maria Müller, en tant que membre du conseil d'administration du Wirth Alumni Network, s'est engagée dans la mise en réseau de jeunes scientifiques du Canada et de l'Europe centrale. Le but et la mission du réseau, qui est basé au CEC d'Innsbruck depuis 2018, est de s'établir comme centre des activités universitaires et scientifiques reliant le Canada et l'Europe centrale. Dans son enseignement, qui a été primé par le prix Stolzenberg à l'Université de Giessen, Eva-Maria Müller continue de proposer des contenus canadiens et se sert de la diversité et qualité particulières des espaces naturels et culturels canadiens pour transmettre à ses étudiants des théories et approches éco-narratologiques postcoloniales.

Page d'accueil Eva-Maria Müller

Crédits photo: Robin Peer

retour à l'aperçu

 


  

   bernd-pelster


 

Univ.-Prof. Dr. Bernd Pelster est un infatigable initiateur de  coopérations scientifiques avec des collègues et des institutions canadiens. Il soutient le ZKS avec son immense savoir-faire et ses multiples contacts au Canada.

 

 

 

O.-Univ.-Prof. Dr. Bernd Pelster entretient depuis de nombreuses années des contacts et des coopérations scientifiques avec des collègues et universités canadiens. Depuis janvier 1996, il est titulaire de la chaire de physiologie animale à l'Institut de zoologie de la faculté de biologie de l'Université d'Innsbruck. Il a commencé sa carrière universitaire à l'université Westfälische Wilhelms Universität à Münster par une formation de professeur en biologie et en sciences du sport. Il a obtenu son doctorat (Dr. rer. nat.) à l'Université Heinrich-Heine à Düsseldorf en 1985 et son habilitation en physiologie en 1992 à l'Université de la Ruhr à Bochum. En 1995, il a accepté un poste de professeur à l'Université d'Innsbruck. Après avoir dirigé le département de biologie de l'ancienne faculté des sciences naturelles de l'Université d'Innsbruck, il était le doyen de la faculté de biologie de 2004 à 2008.

Les relations de Bernd Pelster avec le Canada sont multiples et remontent à l'année 1990. En tant que boursier Heisenberg de la Fondation allemande pour la recherche, il a passé un an à l'Université du Massachusetts à Amherst de 1989 à 1990.  Pendant cette période, il a établi des contacts avec le département de biologie de l'Université Dalhousie à Halifax, en Nouvelle-Écosse, où il a passé plusieurs semaines à analyser la respiration cutanée des amphibiens.

En 1993 et 1995, d'autres séjours de plusieurs semaines au département de biologie de l'Université Mount Allison à Sackville, au Nouveau-Brunswick, ont suivi, soutenus par le GKSS Forschungszentrum Geesthacht GMBH. Il a pu y réaliser des travaux fondamentaux avec ses collègues canadiens, en particulier avec le professeur Dr. W.R. Driedzic, sur la régulation de la flottabilité et la fonction de la vessie natatoire chez les poissons. Ces travaux ont également été publiés conjointement.

D'autres contacts importants ont été établis avec le département de biologie de l'Université d'Ottawa pour mener des travaux communs sur la régulation de la respiration et la régulation des ions chez les poissons. Dans le cadre de cette coopération, une étudiante en master a pu travailler dans le laboratoire du professeur Dr. Steve Perry pendant plusieurs mois avec le soutien du Centre d’études canadiennes. Cet échange a également eu lieu dans la direction inverse, avec une étudiante du professeur Perry travaillant dans le laboratoire d’Innsbruck pendant plusieurs mois, et entre-temps cette coopération a abouti à plusieurs publications communes. D'autres contacts existent avec le département de biologie de Brandon au Manitoba, et le professeur Dr. P. Rombough a passé un semestre sabbatique à l’Institut de zoologie d’Innsbruck.

Ces dernières années, une coopération très fructueuse a été établie avec le professeur Dr. C.M. Wood de l'Université de Colombie-Britannique (UBC) à Vancouver. Les travaux communs sur la physiologie respiratoire et la régulation ionique des poissons sont menés à l'Instituto Nacional de Pesquisas de Manaus, au Brésil, et ont déjà eu pour résultat une série de publications conjointes. Les nombreux contacts de B. Pelster avec le Canada l'ont également amené à agir à plusieurs reprises comme évaluateur pour le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG).

Homepage Bernd Pelster

retour à l'aperçu

 


 

tollinger

 

 


 
Assoz. Prof. Dr. Martin Tollinger est membre du comité scientifique du Centre d'études canadiennes.




 

Martin Tollinger, professeur associé à l'Institut de chimie organique de l'Université d'Innsbruck depuis 2012, a étudié la chimie à l'Université d'Innsbruck et a obtenu son doctorat en 1999. Immédiatement après, il a rejoint le laboratoire de recherche du professeur Lewis E. Kay à l'Université de Toronto en tant que boursier Erwin Schrödinger. Il y a travaillé dans le domaine de la spectroscopie de résonance magnétique nucléaire. En outre, il s’est impliqué, pendant son séjour à l'Institut de recherche SickKids de Toronto, dans la recherche en biologie structurelle.

Son retour en Autriche en 2004 - désormais avec sa famille –, et plus particulièrement à l'Institut de chimie structurale biomoléculaire de l'Université de Vienne, a été rendu possible grâce à une bourse de retour Erwin Schrödinger du Fonds autrichien pour la recherche scientifique. De 2006 à 2010, il a travaillé comme assistant universitaire aux laboratoires Max F. Perutz (une joint-venture de l'Université de Vienne et de l'Université de médecine de Vienne), où il s'est qualifié pour l'enseignement supérieur dans les matières chimie biophysique et biologie structurelle en 2010.

Dans ses recherches actuelles, Martin Tollinger s’intéresse au développement de nouvelles méthodes de mesure de la spectroscopie de résonance magnétique nucléaire et leur application pour déterminer la structure tridimensionnelle des protéines avec une résolution atomique. Il s’est également penché sur l'étude de la flexibilité de ces molécules et leur interaction avec des substances pharmaceutiques. La combinaison de ces approches expérimentales permet de comprendre le fonctionnement des éléments constitutifs de la vie et constitue une méthode appropriée pour l'optimisation de substances actives potentielles.

Grâce à ses séjours au Canada, Martin Tollinger a pu nouer de précieux contacts universitaires, tant à l'université de Toronto que dans d'autres universités entre le Québec et la Colombie-Britannique. Ces contacts permettent l'échange de doctorants dans le cadre de projets de recherche communs ainsi que l'utilisation mutuelle des infrastructures existantes dans le domaine de la chimie biophysique. En outre, des visites régulières de scientifiques ont lieu dans les deux sens et une nouvelle intensification de la coopération avec les instituts de recherche canadiens est prévue.

Depuis 2013, Martin Tollinger est membre du comité scientifique du Centre d'études canadiennes de l'Université d'Innsbruck et, à ce titre, il fait office de personne de contact pour les étudiants en pharmacie et en chimie.

Homepage Martin Tollinger

Publikationen Martin Tollinger

retour à l'aperçu

 


  

Moser


Univ.-Prof. Mag. Dr. Ursula Moser, spécialiste en langues et littératures romanes, est l’initiatrice et la fondatrice ainsi que la directrice actuelle du Centre d’études canadiennes à Innsbruck, la première institution autrichienne de ce genre.

Depuis la fin des années 1980, elle entretient des relations étroites avec un grand nombre d’universités canadiennes, en particulier québécoises, ce qui lui a valu d’être décorée de l’Ordre des francophones d’Amérique en 2012.

 

Bien avant sa nomination à l’Université Leopold-Franzens d’Innsbruck en 2002 où elle est directrice de la chaire de littératures romanes (français et espagnol) et où elle a complété son doctorat « sub auspiciis Praesidentis rei publicae » en français et en anglais en 1976, Mme. Ursula Moser s’était sentie attirée vers l’Amérique. Ses champs d’intérêt se rattachent aux contacts culturels, les concepts de multiculturalisme et de transculturation, les situations des minorités et, avant tout, leurs échos variés et esthétiques dans les littératures francophones des Amériques, ce qui l’a amenée à partir en Louisiane déjà en 1983 et, peu de temps après, au Québec. Ses activités de recherche sont, depuis lors, centrées sur cette région.

Les domaines de recherche de Mme. Moser incluent la poésie lyrique au Québec et le roman québécois, mais aussi l’écriture au féminin. Parmi les premiers, elle a intégré la notion d’écriture migrante, qui provient du Québec, dans les études romanes de l’ancien continent. En même temps, elle s’est particulièrement intéressée à la génération d’écrivains qui sont venus au Canada, plus précisément au Québec, de l’Amérique latine, mais aussi de pays tel qu’Haïti, depuis la fin des années 1970. En 2004, elle a été la première lauréate non-canadienne du renommé « Prix Jean Éthier-Blais de critique littéraire » pour sa monographie sur le romancier d’origine haïtienne Dany Laferrière. Un an plus tard, cette même étude a été classée parmi les « 30 meilleurs livres des 30 dernières années » par le Conseil international d’études canadiennes.

En été 2002, Mme. Ursula Moser a été professeur invité à l’Université de Montréal, et six ans plus tard (en 2008) à l’Université de l’Alberta, où elle s’est consacrée, entre autres, à la francophonie de l’ouest canadien. Elle a été membre du comité éditorial de la revue bilingue Revue internationale des études canadiennes pendant de nombreuses années. De 2008 à 2011, elle a agi en tant que directrice associée. Mme. Moser est actuellement membre des comités scientifiques de plusieurs prix scientifiques et revues évaluées par des pairs (Canadian Literature, Globe : Revue internationale d’études québécoises, Études françaises, Voix et images, Alternative francophone, MuseMeduas). Depuis 2014, elle est membre du comité d’évaluation externe de centres de recherche québécois soutenus par le Fonds de recherche du Québec (société et culture). En 2012, elle a reçu l’Ordre des francophones d’Amérique en reconnaissance de son profond engagement scientifique et culturel, et en 2010 la médaille « Go for Gold », attribuée par l’ambassadeur canadien, pour son intention ferme d’intensifier les rapports entre l’Autriche et le Canada.

En ce qui concerne l’organisation du travail scientifique et de recherche, Mme. Ursula Moser s’est employée à renforcer le maillage entre les institutions canadiennes et germanophones déjà dans les années 1990, tout en cherchant à agir comme intermédiaire entre les deux langues nationales, l’anglais et le français. C’est ce qu’elle continue de faire encore aujourd’hui en tant que directrice du Centre d’études canadiennes. Donc, elle a occupé le poste de vice-président (de 1993 à 1995) et de président (de 1995 à 1997) de l’Association d’Études Canadiennes dans les Pays de Langue Allemande et a présidé le groupe de liaison du Ministère fédéral autrichien des Sciences et de la Recherche et du Centre canadien des études sur l’Autriche et l’Europe centrale (Wirth Institute) de l’Université de l’Alberta à Edmonton pendant 15 années. Depuis 2006, elle est membre du conseil scientifique de la Société Autrichienne-Canadienne et du comité consultatif du Centre d’études canadiennes de l’Université de Graz. De 2008 à 2010, Mme. Moser a été membre du comité consultatif de l’Institut d’études canadiennes de l’Université de l’Alberta, et depuis 2011 elle est chercheuse associée du Centre de littérature canadienne qui est aussi affilié à l’Université de l’Alberta.

Mme. Ursula Moser a contribué grandement au succès du Centre d’études canadiennes. De plus, le travail dynamique du Centre d’étude de la chanson québécoise, une collection de « musique à texte » francophone unique de ce genre en Europe qui est intégrée au Département d’études romanes, ne serait pas possible sans son soutien. Mme. Ursula Moser est l’éditrice de la série de publications canadiana oenipontana, spécialisée en études canadiennes, dont 12 volumes ont été publiés à ce jour. Dans le cadre de son travail au Centre d’études canadiennes, elle a organisé plus de 20 congrès interdisciplinaires sur des thèmes liés aux études canadiennes.

Mme. Moser donne régulièrement des cours sur des sujets liés aux études canadiennes, et c’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’elle amène ses étudiants dans des excursions au Québec, à Montréal et à Ottawa. Elle est la personne de référence pour les programmes d’échanges universitaires avec l’Université de Montréal, la CRÉPUQ et l’Université de l’Alberta et elle passe, aujourd’hui encore, le plus de temps possible dans le pays de son choix…

site web de Mme Ursula Moser (Mathis-Moser)

publications de Mme Ursula Moser (Mathis-Moser)

retour à l'aperçu

 


  

 Gregor Weihs


Univ.-Prof. Mag. Dr. Gregor Weihs est membre du Comité consultatif du Centre d’études canadiennes.

Il est professeur à l’Université d’Innsbruck depuis 2008. Au Canada, où il a vécu et travaillé auparavant, il a développé de nombreuses collaborations scientifiques et des projets, qu’il entretient jusqu’à présent.


 

Depuis 2008, M. Gregor Weihs est professeur de photonique au Département de physique expérimentale à l’Université d’Innsbruck et est également affilié à l’Institut d’informatique quantique (IIQ) de l’Université de Waterloo (Canada). Il a obtenu son diplôme de l’Université d’Innsbruck en 1994. Son doctorat de l’Université de Vienne sous la supervision de M. Anton Zeilinger en 2000 lui a valu la mention « sub auspiciis praesidentis » du président de la République d’Autriche. Il a ensuite été nommé assistant à cette dernière université. De 2001 à 2004, il a été professeur adjoint consultant à l’Université Stanford en Californie et chercheur postdoctoral à l’Université de Tokyo. Après son diplôme d’études supérieures en physique expérimentale de l’Université de Vienne, il a été nommé, en 2005, professeur agrégé du Département de physiques et d’astronomie et de l’IIQ à l’Université de Waterloo, Ontario, Canada, où il s’est vu octroyer la Chaire de recherche du Canada en photonique quantique. Il est boursier du programme Informatique quantique de l’Institut canadien de recherches avancées (ICRA), et en 2010 il a reçu une subvention de démarrage du Conseil européen de la recherche (CER).

Dans sa recherche, M. Gregor Weihs s’intéresse à l’optique quantique. Il développe des outils à base de semi-conducteurs tels que des sources intégrées de paires de photons intriques qui sont appliquées à la communication quantique. Par exemple, il a créé le premier système de distribution quantique de clés en espace libre à base de paires de photons intriques qui a permis de relier plusieurs bâtiments à Waterloo.

Gregor Weihs entretient des relations étroites avec le Canada, tant dans sa vie privée qu’académique. Avec sa femme et ses quatre enfants, il a vécu au Canada, où il a de la famille, pour quatre ans. Waterloo (Ontario) est sans doute plus connue pour être la ville du Blackberry. La recherche en physique à Waterloo a acquis une réputation internationale grâce à des dons très généreux de Mike Lazaridis, le fondateur et, jusqu’à plus récemment, le directeur général de Blackberry, et, par conséquent, les fondations de l’Institut périmètre de physique théorique et de l’IIQ. La collaboration de M. Weihs avec l’IIQ mène à des échanges fréquents d’étudiants et à de nombreux projets collaboratifs, particulièrement avec les Professeurs Laflamme, Jennewein et Resch. Plus récemment, un doctorant de Waterloo a réalisé pendant deux mois ses recherches à Innsbruck sous la supervision de Prof. Weihs.

Afin de promouvoir l’échange d’étudiants, la participation à un programme de formation financé par l’UE (TEP – Partenariats pour des échanges transatlantiques) a été rendue possible de 2008 à 2011. Dans le cadre de ce partenariat, les universités participantes, notamment les universités de Calgary, de Waterloo, d’Erlangen, d’Innsbruck, l’Université Paris-Sud, l’École Polytechnique, l’ENS de Lyon et l’université en Lituanie, ont signé un protocole d’entente sur l’échange d’étudiants, qui a été prolongé en 2013 avec d’autres partenaires. Le programme Informatique quantique de l’ICRA est un réseau de recherche réunissant les meilleurs chercheurs en informatique quantique qui prévoit des rencontres régulières pour échanger des données de recherche. En participant activement à ce réseau, M. Gregor Weihs réussi à entretenir de contacts étroits avec des chercheurs de pointe canadiens.

site web de M. Gregor Weihs

publications de M. Gregor Weihs

retour à l'aperçu

 


 

Manfred Husty

 

Univ.-Prof. Dr. Manfred Husty, membre du Comité consultatif du Centre d’études canadiennes depuis de nombreuses années, vise sans cesse à encourager des collaborations scientifiques avec des collègues et des institutions au Canada. Son savoir-faire extraordinaire et son réseau de contacts variés avec le Canada contribuent largement au travail du Centre d’études canadiennes.

 

Univ.-Prof. Dr. Manfred Husty, membre du Comité consultatif du Centre d’études canadiennes depuis de nombreuses années, vise sans cesse à encourager des collaborations scientifiques avec des collègues et des universités au Canada. Depuis septembre 2000, il est titulaire de la chaire de géométrie à la Faculté des sciences techniques (l’ancienne Faculté des sciences de génie civil) de l’Université d’Innsbruck. Il a débuté sa carrière universitaire à l’Université de Graz, où il a suivi la formation initiale des professeurs de mathématique/géométrie et des sciences du sport. Après avoir obtenu son doctorat de cette université en 1983 et son habilitation en géométrie à l’Université de Leoben en 1989, il a été engagé en 2000 par l’Université d’Innsbruck, où il a occupé la poste de doyen de sa faculté de 2004 à 2008.

M. Manfred Husty entretient avec le Canada des liens très divers et de longue date. Encore à ses débuts, il s’est vu décerner la bourse Erwin Schrödinger du Fonds des sciences de l’Autriche (FWF) et a passé un séjour de recherche d’une année dans une des meilleures universités en Amérique du Nord, l’Université McGill à Montréal, ce qui a marqué le début fulgurant de sa carrière. Son travail au sein du Centre de recherche sur les machines intelligentes (CMI) a abouti à un nombre important de publications conjointes avec des collègues canadiens, entre autres avec le Professeur Paul Zsombor-Murray, avec qui il entretient jusqu’à présent une relation étroite sur le plan scientifique et personnel.1 Un an plus tard, il a été élu membre associé du CMI. Par conséquent, il a assumé le rôle d’examinateur interne pour thèses de maîtrise et de doctorat, et de plus il a été responsable de la supervision d’étudiants, dont par exemple John Hayes, qui a effectué un séjour de recherche à l’Université de Leoben et qui est aujourd’hui professeur agrégé à l’Université Carleton à Ottawa. 2 Au cours des années suivantes, M. Manfred Husty a intensifié ses contacts avec des chercheurs et des universités au Canada, et il a donné des conférences à Edmonton, au Québec, à Victoria, à Ottawa et plusieurs fois à Montréal. En 2009, il a enfin été nommé professeur invité de l’Université Laval du Québec, où il a collaboré étroitement avec le Professeur Clément Gosselin et ses étudiants (particulièrement avec M. Tale Masuleh), ce qui a de nouveau mené à une série d’importants résultats scientifiques.3

Bien qu’il n’existe actuellement que peu d’ententes entre l’Université d’Innsbruck et des universités canadiennes, le maillage de M. Manfred Husty avec la communauté de chercheurs et d’universités au Canada est toujours très efficace (séjour de recherche de cinq mois d’un étudiant en maîtrise de l’Université Carleton à la Faculté des sciences techniques à Innsbruck ; co-organisation de la International Conference on Geometry and Graphics ICGG / « Conférence internationale sur la géométrie et l’imagerie numérique » à Montréal en 2012 ; etc.). En collaboration avec M. Paul Zsombor-Murray, M. Manfred Husty prépare à présent une publication, qui paraîtra aux éditions Springer. Il est membre du comité éditorial de la revue Transactions of the Canadian Society of Mechanical Engineers, de plus il participe à un projet transnational du Fonds des sciences de l’Autriche avec l’Université Laval. Le projet intitulé « Algebraic Methods in Collision Detection and Path Planning » (« Méthodes algébriques de détection de collision et de planification de trajectoire ») se poursuit jusqu’en 2014, mais la collaboration avec l’université québécoise sera continuée et même renforcée par la suite.

Manfred Husty est membre du Conseil consultatif du Centre d’études canadiennes depuis de nombreuses années. Dans cette fonction, il se consacre à soutenir toutes les activités du centre dans le champ des études canadiennes. Le centre bénéficie largement de son vaste réseau de contacts avec des universités et des chercheurs au Canada.

site web de M. Manfred Husty

publications de M. Manfred Husty

retour à l'aperçu

 


 

1 1. F. Bulca, J. Angeles, P. J. Zsombor-Murray, and M. L. Husty. On the workspace of mechanisms. In Proc. 9th World Congress on the Theory of Machines and Mechanisms, vol. 1, pages 75-79, Milano, Italy, 1995.
2. P. Zsombor-Murray, M. L. Husty, and D. Hartmann. Singular Stewart-Gough platforms with spherocylindrical and spheroconical hip joint trajectories. In Proc. 9thWorld Congress on the Theory of Machines and Mechanisms, vol. 3, pages 1886-1890, Milano, Italy, 1995.
3. P. Zsombor-Murray and M. L. Husty. Central line surface symmetries in 4-bar mechanisms. In Proc. 15th Canadian Congress of Applied Mechanics CANCAM, vol.1, pages 246-247, Victoria, Br. Columbia, Canada, 1995.
4. F. Bulca and M. L. Husty. Kinematic mapping of spherical three-legged platforms. In Proc. 15th Canadian Congress of Applied Mechanics CANCAM, vol.2, pages 874-875, Victoria, Br. Columbia, Canada, 1995.

 

2 publications conjointes de cette période :
1. P. Zsombor-Murray, M. J. D. Hayes, and M. L. Husty. Extreme distance to a spatial circle. CSME Transactions, 28(2A):221-235, 2004. Special issue: Selected Papers of the 2nd CCToMM Symposium on Mechanisms, Machines, and Mechatronics.
2. M. J. D. Hayes and M. L. Husty. On the kinematic constraint surfaces of general threelegged planar robots. Mechanism and Machine Theory, 38(5):379-394, 2003.
3. M. J. D. Hayes, M. L. Husty, and P. J. Zombor-Murray. Singular configurations of wristpartitioned 6R serial robots: a geometric perspective for users. CSME Transactions, 26, No. 1:41-55, 2002.
4. M. L. Husty and M. J. D. Hayes. Workspace characterization of planar three-legged platforms with holonomic higher pairs. In J. Lenarcic and M. M. Stanisic, editors, Advances in Robot Kinematics, pages 267-276. Kluwer Acad. Pub., 2000. ISBN 0-7923-6426-0.
5. M. L. Husty, M. J. D. Hayes, and H. Loibnegger. The general singularity surface of a planar three-legged platform. In A. Kecskemethy, M. Schneider, and C. Woernle, editors, Advances in Multibody Systems and Mechatronics, pages 203-214. Duisburg, 1999. ISBN 3-9501108-0-1.
6. M. L. Husty, P. J. Zombor-Murray, and P. Gervasi. Geometry in mechanics. In J. Lenarcic and M. L. Husty, editors, Advances in Robot Kinematics, pages 267-276. Kluwer Acad. Pub., 1998. ISBN 0-7923-5169-X.
7. M. J. D. Hayes, M. L. Husty, and P. Zsombor-Murray. Kinematic mapping of planar Stewart-Gough platforms. In Proceedings of CANCAM 1999, pages 319-320, Hamilton, Ontario, Canada, 1999.
8. M. J. D. Hayes, M. L. Husty, and P. Zsombor-Murray. Solving the forward kinematics of a planar 3-legged platform with holonomic higher pairs. In J. Angeles and Zakhariev, editors, NATO-ASI Workshop on Computational Methods in Mechanism Design, pages 525-535, Varna, Bulgaria, 1997.

 

3 1. M.T. Masouleh, C. Gosselin, M.L. Husty, and D. R Walter. Forward kinematic problem of 4-dof parallel mechanisms (3T1R) with identical limb structures acuated by revolute actuators using the linear implictization algorithm. In Proceedings of ASME DETC 2011, 2011.
2. M. T. Masouleh, D. R.Walter, M. L. Husty, and C. Gosselin. Forward kinematic problem of the symmetric 5-dof parallel mechanisms (3T2R) using the linear implictization algorithm. In Proceedings of the 13th World Congress in mechanism and machine science, 2011. http://www.somim.org.mx/conference_proceedings/pdfs/A7/A7_361.pdf.
3. M.T. Masouleh, M. L. Husty, and C. Gosselin. A general methodology for the forward kinematic problem of symmetrical parallel mechanisms and application for 5-PRUR parallel mechanisms (3T2R). In Proceedings of ASME DETC 2010, number 86261, 2010.
4. M.T. Masouleh, M. L. Husty, and C. Gosselin. Forward Kinematic Problem of 5-PRUR Parallel Mechanisms Using Study Parameters. In J. Lenarcic and M. M. Stanisic, editors, Advances in Robot Kinematics, pages 211-221. Springer, 2010.
5. M. L. Husty and C. Gosselin. On the singularity surface of planar 3-RPR parallel mechanisms. Mech. Based Design of Structures and Machines, 36:411-425, 2008.
6. M.T. Masouleh, C. Gosselin, M.L. Husty, and D. R Walter. Forward kinematic problem of 5-RPUR parallel mechanisms (3T2R) with identical limb structures. Mechanism and Machine Theory, 46(7):945 - 959, 2011.

 

Nach oben scrollen